Fantômette et la maison hantée de Georges Chaulet

La justicière-lutin

Une amie, fan de Fantômette m’a prêté ce livre à ma demande, afin que je comble mes lacunes en littérature enfantine. Enfant, je lisais surtout les livres des auteurs anglais, traduits en français ou non; à part la Comtesse de Ségur (qui a encore ses fans, je ne comprends pas pourquoi) et Babar (qui a encore ses fans, je comprends tout à fait pourquoi), je suis complètement passée à côté des Six Compagnons et de Fantômette.
J’ai beaucoup aimé Françoise, la jeune fille en motocyclette qui se transforme la nuit en Fantômette, une espèce de lutin jaune et noir avec la cape obligatoire de la justicière (pas justicier, notez bien. Cependant, le féminisme  de Georges Chaulet s’arrête là: voyez les amies de Françoise, qui s’appellent Boulotte et Ficelle…) J’ai également aimé l’histoire, et surtout adoré l’humour qui accompagnait la description des petites vieilles dames, des policiers, du conservateur du musée, du coupable, que je n’identifierai évidemment pas ici.
Et hop, j’ai commandé la première aventure de Fantômette, rééditée par Hachette dans sa collection “Les classiques de la rose” pour mes filles, pour la grande d’abord, qui j’en suis sûre,  lèguera sa collection en temps voulu à sa cadette… (en fait je l’espère, mais si elle est comme moi, elle s’en défendra farouchement). Pas de raison qu’elles zappent leurs classiques, elles.

One thought on “Fantômette et la maison hantée de Georges Chaulet”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s