Le club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia

Ce livre est un récit comme on en lit peu. Riche, très bien construit, écrit avec une retenue qui n’exclut pas beaucoup de sensibilité et de finesse. L’action, qui se passe au début des années soixante à Paris, est préfacée par la description d’un enterrement, dont je suis fière d’avoir tout de suite deviné qui en était le protagoniste principal (je parle de l’enterré). OK, ce n’est pas très difficile à deviner.

Les acteurs de ce récit sont Michel et sa famille compliquée, avec une mixité sociale pas commode à gérer au sein du couple formé par ses parents – mariés à cause de l’arrivée au monde de son grand frère – le grand frère en question qui tourne plutôt mal, la péronelle de petite soeur, l’oncle parvenu en Algérie, le grandpère rital. Ensuite, Pierre, l’ami qui sort du lot avec sa rebellion, sa soeur Cécile qui en bave un peu, et Camille, l’autre jeune fille de l’histoire. Il y aussi, un peu en filigrane, quelques camarades de lycée et de babyfoot, assortis des gérants des cafés fréquentés. Et puis, bien sûr, les membres du club.

Le club ? On va dire que c’est un club d’échecs, dont les membres ont tous échappé à des autorités qui leur étaient hostiles dans le bloc soviétique. Je vous présente par exemple Victor, le taxi-troubadour ès  mensonges; Igor, le médecin qui se met à travailler pour Victor, mais qui n’oublie pas son serment d’Hippocrate pour aider les infortunés qui se retrouvent sur son chemin; le pilote d’élite qui a connu une histoire d’amour extraordinaire, et même si vous avez envie de vous en moquer, il vous tient un peu en respect, le Leonid avec sa Milène; Pavel, condamné à se voir refuser à la fois la naturalisation et la publication de son opus major sur la paix de Brest-Litovsk; Sacha l’ambigü et bien d’autres réfugiés politiques hauts en couleurs, avec des histoires rocambolesques, mais historiquement inattaquables. Il y a également des personnages qui jouent un rôle purement comique, comme le policier aux grandes oreilles.

Et c’est Michel qui passe son adolescence avec eux, qui en même temps se débrouille avec sa famille compliquée, son apprentissage de la photographie, ses relations avec les filles, à l’âge où les amours platoniques rejoignent mais n’égalent pas totalement une simple amitié. Michel qui grandit, comprend  des choses, en découvre d’autres, et accepte, ou pas, ce que la vie lui réserve.

Un vrai régal.

One thought on “Le club des incorrigibles optimistes de Jean-Michel Guenassia”

  1. Sounds a bit of a hotch potch to me,but will give it a try!
    The author seems to paint/portray individuals in snippets,but I will reserve judgement till I've actually read the book.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s