Vernon Subutex, 1 de Virginie Despentes

Vernon Subutex 1Quand quelqu’un de notre club de lecture a proposé Vernon Subutex, le premier tome de la trilogie annoncée de Virginie Despentes (annoncée, car deux tomes sont parus pour l’instant), je me suis dit pourquoi pas ? À vue de nez, la lecture n’allait pas être folichonne puisque « tu verras, ça parle d’un homme qui devient SDF » et devant ma mine un peu atterrée « mais c’est pas glauque, enfin, pas vraiment, c’est un bon livre. » En fait, je pourrais m’arrêter là et de me contenter de cette traduction libre des propos de Brad, car ils résument assez bien ce que j’ai pensé du livre.

J’ai déjà entendu parler de la rapidité et la facilité avec lesquelles une personne peut passer du statut de Monsieur-tout-le-monde avec un revenu, un toit au-dessus de sa tête, une vie sociale, à celui de SDF. Et cette descente est extrêmement bien décrite, sans jugement aucun, sans analyse même ; un récit, tout simplement.

On peut s’émouvoir des injustices subies, rester pensif devant l’aspect « c’est la faute à pas de chance », en vouloir un peu à Vernon d’accepter l’aide de la star riche quand il n’est pas encore tout à fait sur le carreau, et refuser celle de la mère d’un ami quand il est à la rue. Mais on se contente le plus souvent de suivre, d’observer, de constater.

Qu’on n’aille pas penser qu’il s’agisse ici d’un texte à portée simplement documentaire, d’un reportage, il y a une vraie écriture dans ce livre. Quelque chose qui transcende l’histoire somme toute assez banale, quelque chose qui fait ressortir une espèce de nihilisme sans éclat … quelque chose qui ressemble furieusement à un grand roman. Au point où j’ai envie de relire « Baise moi » que j’ai lu il y a des années – probablement plus ou moins à sa sortie en 1993 – et qui m’avait à l’époque laissé une impression de « mouais, bof ». Et j’attaque bien sûr le tome 2 derechef.

 

P.S. Je viens d’écouter les critiques de l’émission Le Masque et la Plume, qui avaient encensé ce livre en janvier dernier. Pour une fois, mon avis concorde avec le leur. Par contre, ils parlaient beaucoup de l’aspect « vrai faux polar » du livre, qui pour moi est complètement secondaire à son ambiance générale.

2 thoughts on “Vernon Subutex, 1 de Virginie Despentes”

  1. We missed you at book club! I admire the writing but just am not enjoying the ride – the characters are all losers and there is little joy. A few moments of relief when stories of the side characters are explored but basicaly Vernon can go sleep in a park as far as I am concerned…

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s