Category Archives: Uncategorized

Kind Of Black de Samuel Sutra

Kind of blackJ’ai hésité à essayer ce livre de Samuel Sutra tant son Tonton m’avait plu dans un autre de ses romans (il a écrit cinq livres avec pour héros le dit Tonton et je crois que Kind Of Black est son premier roman en dehors de cette série). En effet, ce qui m’avait particulièrement plu, c’était le ton du livre et je me suis dit que si l’auteur avait réussi à produire un style aussi abouti, c’est que c’était son outil de travail préféré et que toute autre écriture allait forcément me décevoir.

J’ai bien fait de me lancer, car j’ai été totalement conquise par Stan, Jacques and all that jazz… Dans ce polar, le jazz est bien plus qu’un décor de fond, il est au coeur de l’intrigue. Et nul besoin d’être spécialiste en la matière pour apprécier la description amoureuse que nous en offre l’auteur. Amour partagé par Sarah la chanteuse, Stan, le pianiste et plus étonnamment, par Jacques, le flic en charge d’enquêter sur un crime commis au Night Tavern, une modeste boîte à jazz parisienne où une grande star vient se produire, le temps d’une soirée exceptionnelle.

Il y a donc un crime, et c’est un classique du genre : nombre de suspects restreint, mobiles multiples, fausses pistes, épisodes romantiques, dénouement dramatique. Les personnages sont intelligemment présentés : Stan et son génie brûlant ; la belle et talentueuse Sarah, qui s’appelait Elodie avant le succès et les States ; Marianne, la noble serveuse au bar de la boîte de nuit ; Jerry l’agent tumultueux de la grande chanteuse ; Victor, le patron inquiet. Les portraits des policiers sont également soignés, avec la sensibilité de Jacques, la complicité modérée de son patron, la lourdeur d’un collègue, la finesse et le charme d’une autre. Leur histoire nous balade agréablement entre le Night Tavern et le quai des Orfèvres en passant par des appartements où siègent des pianos chéris.

Et l’envie à la fin du livre de réécouter ses morceaux préférés de jazz …

On coffee

I made an awful discovery this summer. My husband, the father of my children, the light of my life, the man I’ve been with for 24 years, Richard likes sock juice. Sock juice is my literal translation of the derogatory French term for what others – not culturally sensitive people like me, obviously – might call American coffee.
So here’s the story. I went on a fabulous three-week holiday with my family, composed of said husband and two daughters in the US. We had a wonderful time, I discovered many beautiful places on the East Coast and in New York State,  indulged in nostalgia on Amtrak, which was our preferred mode of transport when Richard and I crisscrossed the US as part of our honeymoon backpacking trip, fell in love again with Chicago, discovered more beautiful places along the road between Denver and Las Vegas and got a fresh dose of exhilarating New York. And I came away full of admiration for the great nation that offers as a matter of course fabulous launderettes with free wi-fi and, mark this, spotless toilets. Yes, in not one but two launderettes in Moab. Oh and amazing national parks and genuinely lovely friendliness and hospitality.Anyway, I’m not going to do my American Top Five Loves and Hates, because I’m not going to succumb to the current trend of boiling every thing down to highly subjective lists formatted to fit the ever shrinking attention span of the reading and surfing public. I’ve hinted at things I loved and I’m now going to focus on something I hated. Yes, I’m back on coffee.

Coffee – huh! Brownish water is what you get, gallons of it, and boiling hot. Plastic beakers, polystyrene ones, they were all too fragile to handle, being too full of the too hot beverage. I did call it coffee at first, because you see, I wasn’t prepared. My previous trip to the States had been 18 years ago and we were on a tight budget. And I was still drinking coffee with either milk or sugar in those days. And things can change in 18 years. And I’d forgotten, OK? I’d forgotten the unfulfilled promise of something that smells nearly right but is so drastically wrong when you finally risk burning your lips. I’d forgotten the marketing talent of people who try to convince you the stuff you are hoping to enjoy is extra-caff, robust or kick-ass (lies, lies, all lies). I’d forgotten there’s only so much you can expect from a machine that only pretends to be a coffee machine and that instead mixes a steady stream of boiling water with weedy squirts of something meant to contain caffeine.

I got grumpier and grumpier as a) I contemplated the awful possibility that there was no decent coffee to be had in the US at all, anywhere b) I realised that Richard got along just fine with the stuff available. He hotly denies that this frankly worrying trait is incompatible with normally drinking a famous brand of capsule coffee at home. This is also what I do, on the basis that it’s very nearly as good as an expresso of the served at-the-counter variety. The rest of the time, I deploy extreme cunning in making sure I make the office coffee (my boss shares my tastes, so she doesn’t get tactfully shooed away from coffee making tasks), but if I say to you the coffee is markedly better from the vending machine in the building I’m NOT in (huh, typical), you can tell the dire state of our ground coffee budget. Anyway, you’ll never get an expresso from a filter machine.…
Needless to say, I have discussed this problem with various people. Whereas the most common reaction is sympathy, I discover to my astonishment that a few other people, undeniably French ones included, are OK with jus de chaussettes. And I also heard a couple of times that coffee is better torrefied in Italy than France and therefore smother and generally nicer there. I have been to Italy several times and can’t say I noticed particularly, but that might be normal, because everything’s smoother and generally nicer in Italy. I will pay more attention to the coffee on my next trip, and not just sigh with contentment on Piazzo San Marco, taking in the lapping water, the glories of the winged lions and the dazzling mosaic clad basilica, the smartness of the waiters (then faint on seeing the bill for my cappuccino).


Wait, there is a happy ending to my coffee horror story set in the US (blast, I should have written this as a Halloween piece, I’m thinking evil witches brewing tasteless hot liquid stuff and jack-o-lanterns weeping light brown tears). I got to New York. And hit on a place that sold Decent Coffee. Ta  da! (Frantic googling proved this to be an Australian chain. When they say that Ozzies and Kiwis punch above the weight of their geostrategically challenged countries, they’re not kidding. Fancy opening a breakfast chain in the US! This one sold pies, an Australian speciality I’m afraid I’m not that fond of – the pastry’s not to my liking, generally – but this place is forgiven EVERYthing for having saved my life with caffeine-aided resuscitation techniques). The joy, the relief, the revelation! There is a God after all!  I had, led by my nose, completely abandoned my family who were wandering down Broadway in search of breakfast, to satisfy my own craving. When we caught up, Richard had thoughtfully bought me a bagel (“Wonderful, thanks.”) and a cup of – thing. A homeless person seemed pleased to take it off my hands. That very evening, a New Yorker who had every sympathy with my need pointed me to more caffeine heaven. Thanks Ann, the macchiato in Chelsea market was wonderful too.

Let me pre-emptively protect myself from potentially irate comments by saying that I’m fully aware I must have missed plenty of great coffee opportunities in X, Y and Z (I mean, c’mon, the whole of Chicago can’t be caffeine-challenged, can it?) All I can say is that I missed them, badly.

 

Sous le ciel de Moab

En fait, nous n’étions pas tout à fait à Moab, mais à une vingtaine de minutes de route, tout près du parc national de Canyonlands dans l’état de l’Utah. L’idée, c’était de nous éloigner au maximum de toute source de lumière : notre guide Alex, armé d’un télescope allait nous fournir des explications sur ce qu’on pouvait espérer voir en tournant nos yeux vers le ciel et en le collant à l’oeillette de son télescope.

C’était une première pour nos filles. Richard et moi avions eu la chance de participer à une sortie un peu semblable il y a plus de dix ans, en Australie, à quelques minutes de bus du fameux monolithe Uluru (ou Ayers Rock). Ce soir là, une bonne cinquantaine de participants ont dîné à la belle étoile, avec en fond sonore un “didgeridoo” joué par un australien tout ce qu’il y a plus blanc (il nous a expliqué très honnêtement que les Aborigènes de coin d’Australie ne jouent pas de cet instrument). La partie “étoiles” suivait. Malheureusement, le ciel était assez couvert ce soir-là, le bon vieil obstacle météorologique auquel personne ne peut rien. Et un télescope pour cinquante, cela ne donnait pas beaucoup d’occasions de découvrir les étoiles qui voulaient bien se dévoiler. Heureusement, la présence des nuages a dispensé les trois quarts des participants de faire semblant de s’intéresser à l’astronomie, pour se concentrer sur les excellents vins australiens servis. Du coup, la poignée d’amateurs a pu profiter au maximum des explications très intéressantes de la personne chargée de cette partie du programme de la soirée, même si la démonstration pratique était un peu limitée.

Hier soir, nous étions onze et notre guide a dégainé du matériel impressionnant. Tout en nous donnant des explications sur la toplogie du lieu, les sources de lumière inévitables (un puits pétrolier, les phares de voitures de locations quelques touristes qui rejoignaient encore le camping du coin après la prise de photos de Delicate Arch au coucher du soleil à Arches National Park), le voilà qui assemble et visse un engin motorisé, de diamètre important, environ 20 centimètres, mais pas très long, grâce à une technique de miroirs intercalés dont le détail m’a un peu échappé, les étoiles commençant à être bien visibles à l’oeil nu et mon attention étant par conséquent quelque peu partagée…. Il est guidé automatiquement par une console pré-programmée par Alex pour aller scruter plus de cent objets célestes : un petit pianotage sur la console et hop, le télescope pivote pour se braquer là où il faut.

Et à tour de rôle, avec l’aide d’un escabeau pour les plus petits quand l’oeillette était placée un peu trop haut, nous visionnons étoiles, nébuleuses, galaxies, et, clou du spectacle, Saturne incroyablement net avec ses anneaux et apparemment quatre lunes; j’en ai décerné deux, mais bon… À vrai dire, ce n’est pas si facile de regarder dans un télescope, il faut parfois quelques secondes pour bien voir et sur les sept choses à regarder, il y en a une que je n’ai pas réussi à voir du tout. Alex aurait pris le temps de recalibrer l’engin pour m’aider mais j’étais déjà bien contente de ce que j’avais pu découvrir et le ciel au-dessus de ma tête m’interpellait aussi de plus en plus.

En vérité, j’ai vu, une fois dans ma vie, un ciel plus profondément sombre qu’hier soir. C’était dans le Poitou rural, chez mes grand-parents français, une nuit de la mi-août, avec une véritable pluie d’étoiles filantes, magnifique. Près de Moab, ce ne sont pas les nuages qui jouent des tours, c’est simplement la chaleur qui voile très légèrement les choses.

Alex nous parle des constellations qui portent des noms différents dans différents endroits du monde. Assez sentimentalement, je me fais la réflexion que c’est réconfortant de retrouver la bonne vieille Grande Ourse, positionnée différemment que chez nous, mais instantanément reconnaissable néanmoins. Notre guide nous donne encore quelques implications puis nous explique qu’en tant qu’Apache, s’il s’en tenait au savoir de son peuple, il serait un peu embarrassé pour identifier les constellations qui nous sont familières. Et il nous montre comment, pour lui et les siens, la Grande Ourse est en fait inscrite dans une constellation beaucoup plus vaste représentant le foyer de la cheminée, avec la matriarche et le patriarche l’encerclant dans une espèce de grand arc.

Ce ciel étoilé familier et dépaysant en même temps restera longtemps imprimé sur mes rétines.