Tag Archives: Nina Yargekov

Double nationalité de Nina Yargekov

Double nationaliteLe gros pavé de Nina Yargekov, Double nationalité, m’a accompagnée pendant mes vacances estivales, courtes pour cause de déménagement et consacrées exclusivement et exceptionnellement à la farniente. J’ai donc passé une semaine entière à me prélasser autour de la piscine d’un mas provençal à Uzès (la piscine étant quelque peu plus récente que le mas) et à me plonger alternativement dans la dite piscine et dans ce roman.

Il m’a été offert par mes filles pour mon anniversaire : « avec un titre comme ça, c’était obligé ». Dans la famille, nous sommes en effet tous binationaux, mais nos deux nationalités sont moins exotiques que celles de la narratrice, Rkvaa, traductrice-interprète de son métier, qui est d’abord française et yasige puis hongroise et lutringeoise (lutringienne ? je ne sais plus). La bizarrerie du récit se manifeste dès les premières pages, dans lesquelles on rencontre l’héroïne dans un aéroport, complètement déboussolée, qui ne sait pas qui elle est, d’où elle vient, où elle va, ni pour quelle raison. Et elle nous livre son histoire loufoque se reconnaissant progressivement au fil des pages, quoi que, et se débrouillant pour composer avec son amnésie, mais s’agit-il bien de cela ? Tout cela à la deuxième personne du pluriel, qui contribue au comique du roman, avec ses faux airs du parfait manuel de la personne paumée et qui se retrouve sans repères.

Les repères culturels, linguistiques, sociaux, politiques sont justement au cœur de ce roman un peu bizarre mais fascinant et facile à lire, pour peu qu’on aime les narrateurs qui s’épanchent sans retenue. Le sujet de la double nationalité est présent au début, à la fin et tout au long de ce long roman, qui se répète. En effet, et je fais ici une petite entorse à l’injonction que je m’impose habituellement de ne rien dévoiler d’important pour expliquer  ce que je veux dire par « se répète ». C’est simple, il se répète : Rkvaa nous raconte ses mini aventures à Paris dans la peau d’une yasige qui est aussi française et puis elle recommence son histoire à mi-chemin dans le roman, avec des mini aventures différentes, dans un cadre géographique différent, mais cette fois-ci elle est lutringeoise et hongroise.

Je me suis posé la question du but de cette double histoire et ma conclusion c’est que l’auteur pousse la notion de la double nationalité, du double soi jusqu’au bout, en doublant tout simplement le récit. Je me suis aussi posé la question du choix des deux paires de patries, composées chacune d’un pays bien réel : la France, la Hongrie et d’un pays imaginaire : la Yasigie et la Lutringie. D’ailleurs, au début de la première partie, j’avais un doute sur l’existence d’un pays qui s’appelait la Yasigie et je n’étais pas assez motivée pour décoller de mon transat et aller chercher de quoi faire des recherches.  Je me disais vaguement qu’il s’agissait peut-être du pays des Yézidi, ma mémoire vacillant en effet sur le nom de ce peuple dont on parlait il y a quelques mois quand les horreurs perpétrées contre lui ont fait là une des médias et puis j’ai rapidement compris que non, on était dans le domaine du semi-imaginaire. Semi seulement, car un pays sur deux est imaginaire et semi aussi car les questions du sentiment d’appartenance à tel ou tel pays, de limites du bilinguisme, de conflits culturels ou autres entre ses deux pays, ces questions-là sont bien réelles. J’en sais quelque chose, mes deux pays, la France et l’Angleterre (j’ai tendance à parler spontanément de l’Angleterre, même si ce n’est pas une nation, parce que « britannique » ne veut pas dire grand-chose culturellement parlant) étant l’exemple parfait du couple je-t’aime-moi-non-plus.

 

La méditation comique de Nina Yargekov est longue mais bourrée de pépites. J’ai tenté de trouver quelques citations à partager ici, mais hors contexte, elles perdent de leur sel et j’y ai renoncé. On a l’impression que l’héroïne, dans ses réflexions et dans ses actions, pratique l’auto-dérision sans cesse et sans forcément s’en rendre compte.

Le ton de l’histoire n’empêche pas l’auteur de traiter de sujets sérieux, voire graves : interdiction du binationalisme, nationalisme extrémiste, racisme sont évoqués lucidement, au travers les (très nombreuses) questions que se pose Rkvaa, ses hésitations et ses maladresses parfois. Tout l’art de Nina Yargekov consiste à incruster ces questions sérieuses, avec d’autres qui le sont beaucoup moins, dans un quotidien absurde, parsemé de péripéties loufoques.

 

C’est un livre à lire quand on a du temps, mais à savourer dans ce cas.